fbpx

Pourquoi et comment anticiper les crises sanitaires ?


Nous sommes de plus en plus touchés par les épidémies mais paradoxalement, on sait peu de choses à leur sujet.

Pourtant, il est essentiel d'anticiper les crises sanitaires car la situation peut vite se dégrader.

Dans cet article, je vous propose d'éclaircir leur origine, découvrir pourquoi vous devez anticiper ces événements et comment le faire.

L'origine subtile des crises sanitaires

C'est humain, lorsqu'une nouvelle situation de crise émerge, l'imaginaire collectif s'emballe. Les médias n'ayant pas toujours des informations très solides, on voit vite apparaître des théories du complot farfelues.

Par exemple, dans le cadre de la pandémie de la Covid-19, l’une de mes préférées est que la CIA aurait créé la Covid-19 pour tuer l’économie chinoise.

Ma réaction face à ce genre de théorie du complot.

Alors, pour commencer sur des bases saines, on va mettre fin une bonne fois pour toute à ces théories.

Les scientifiques sont formels : le virus à l'origine de la Covid-19 n'est pas d'origine humaine.

“Les caractéristiques du coronavirus excluent la manipulation en laboratoire comme origine potentielle pour le SARS-CoV-2 ».”

Voilà, la parenthèse est fermée.

Maintenant, intéressons nous aux théories sérieuses sur l'origine des crises sanitaires.

L’une d’elles est souvent répétée : des animaux sauvages seraient à l’origine de nombreuses crises sanitaire (comme la Covid-19 ou Ébola). 

C'est très certainement le cas, mais les réelles causes seraient en réalité beaucoup plus subtiles.

En effet, certains biologistes, notamment la célèbre primatologue Jane Goodall, affirment que cette pandémie est la conséquence de notre mépris pour la nature.

Notre mépris pour la nature est la principale cause de la pandémie de la Covid-19. Jane Goodall.

Click to Tweet

Un monde dominé par l'Homme et ses activités

Pourquoi cette affirmation ?

A cause de notre mauvaise relation (ancestrale) avec la nature.

En effet, la distorsion de la relation Homme-Nature (mépris de la biodiversité), n’est pas récente, elle est même profondément inscrite dans nos gènes.

Par exemple, nos ancêtres préhistoriques avaient déjà une réelle volonté de s’affranchir de leur dépendance à la nature en se regroupant dans des villages pour mieux survivre.

Cette dynamique ne s'est jamais arrêtée, à tel point que les géologues ont donné un nom bien caractéristique à l’ère géologique dans laquelle nous vivons : l’Anthropocène, littéralement « l'Ère de l'humain ».

Une bien triste prouesse

L’Homme, par ses activités, modifie profondément la biodiversité de notre planète ainsi que son climat. Le revers de la médaille, c'est qu'il s'expose davantage à des crises sanitaires.

Les zoonoses : la conséquence directe de notre mépris

Vous vous demandez peut-être quel est le lien entre notre mépris pour la biodiversité et la recrudescence des crises sanitaires.

La réponse tient en un mot : "zoonose"!

Une zoonose c'est quoi ?

Selon l’OMS, les zoonoses sont un groupe de maladies infectieuses qui se transmettent naturellement de l’animal à l’homme.

Selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), 60 % des maladies infectieuses humaines sont des zoonoses.

Ce chiffre grimpe à 75 % pour les maladies « émergentes » : Ébola, VIH, grippes aviaires et autres Zika.

Ces chiffres indiquent que l'origine des grandes épidémies du 21 ème siècle se trouve être le rapprochement de l'Homme et de la faune. Lequel entraine l'apparition exponentielle de zoonoses.

L'agriculture industrielle : la source du problème

À ce stade de l’article, vous vous dites peut-être : la solution est simple, il faut éliminer toutes les espèces pouvant transmettre des zoonoses.

Attention malheureux, n'adoptez pas le mauvais point de vue. 

Est-ce que les chauves-souris (ou d'autres animaux) sont vraiment la source du problème ?Ou faut-il creuser un peu plus ?

En effet, le problème n'est pas l'existence d'espèces hôtes mais la cohabitation forcée avec l'Homme.

Cohabitation forcée

Comme toutes les espèces sur terre, les espèces hôtes subissent les activités humaines à travers la destruction de leurs habitats naturels, la déforestation pour l’extension agricole étant la principale cause. Ces espèces hôtes, doivent malgré tout s’alimenter, se reproduire et s’abriter.


Alors, elles sont contraintes, par la force des choses, de fréquenter davantage l’homme. Pour ces raisons, les risques de contaminations sont démultipliés.

Je pense que vous l'avez compris, le moteur de cette cohabitation forcée est l'agriculture industrielle.

En effet, elle repose sur un système qui nous expose à l’émergence de zoonoses.

Par exemple, l’importation de certaines denrées pour alimenter notre système agricole, comme le soja pour l’alimentation animale, sont une source importante de déforestation.

Selon le WWF, ces 50 dernières années, la production de soja a décuplé, passant de 27 à 267 millions de tonnes.

Hormis le soja, une autre culture est une source majeure de déforestation : l’huile de palme.

À ce jour, les cultures dédiées à la production d’huile de palme s’étendent sur 27 millions d’hectares à travers le monde. C'est comme si on rasait totalement la Nouvelle-Zélande pour produire de l'huile de palme.

L’utilisation de ces produits impacte énormément notre empreinte forêt.

En moyenne, un Français, utilise 352 m² de forêt / an pour vivre. 

Selon Envol Vert, les créateurs de l’empreinte forêt, l’agriculture serait à l’origine de 80% de la déforestation.

Et comme nous l'avons vu plus haut, cette déforestation pousse les espèces hôtes à cohabiter avec l'Homme, entrainant ainsi une augmentation des zoonoses et des crises sanitaires.

L'empreinte individuelle de chaque Français dans la déforestation. © Envol Vert

Pourquoi anticiper les crises sanitaires ?

Malheureusement, les prévisions concernant la déforestation et l'émergence de nouvelles maladies ne sont pas très réjouissantes.

D'ailleurs, la communauté scientifique alerte sur la nécessité de résoudre ce problème rapidement, d'autant plus que la situation ne devrait pas s'arranger dans le futur.

“Ces facteurs aggravants devraient augmenter à l'avenir en raison de l'expansion de la population humaine et de la demande croissante de ressources.“

C'est la principale raison pour commencer à anticiper ces crises et sécuriser votre avenir ainsi que celui de votre famille.

La solution scientifique : le concept One Health

Lors de mes recherches pour cet article, une solution était souvent mise en avant : le concept One Health.

En effet, la crise de la Covid-19 a souligné l'importance de la relation entre la santé humaine et celle des espèces animales et de leurs écosystèmes.

Schéma du concept One Health

Cette solution se base sur "l'effet de dilution" et le concept d'espèces "cul de sac"

L'effet de dilution et les "espèces cul de sac"

Si toute espèce est sujette aux maladies, toutes n'ont pas la même aptitude à les transmettre. Ces espèces dites ‘cul de sac’, font office de véritables ‘pièges écologiques’ puisqu'elles contiennent dans leurs organismes des agents pathogènes auxquels elles ne sont pas particulièrement sensibles et qu'elles transmettent  difficilement, ce qui freine leur propagation.


Les scientifiques appel ce phénomène "l’effet de dilution".

Image issue du site espaces-naturels.info

Malheureusement, ces espèces ‘cul de sac’ seraient plus rares et plus sensibles aux changements de leur environnement (déforestation par exemple).

La solution à appliquer chez soi

Là, c’est le moment où vous allez me dire : les solutions avancées par les scientifiques sont inapplicables à mon échelle, tout comme le concept One Health.

Peut être. Cependant, on a tous un rôle à jouer !

"Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoi que ce soit, essayez de dormir avec un moustique dans votre chambre". Betty Reese

Click to Tweet

D'ailleurs, je vais vous donner l'action indispensable à mettre en place chez vous pour diminuer l'émergences des nouvelles maladies et assurer vos arrière en cas de crise sanitaire :

Créer un jardin potager pour anticiper les crises sanitaires

Si vous voulez anticiper les futures crises sanitaires, commencez par développer votre autonomie alimentaire.

Développer votre autonomie alimentaire !

Eh oui, quoi de mieux qu’un jardin qui vous alimente toute l'année pour être sûr de la qualité de son alimentation et de son impact écologique. Pas de déforestation, pas de transport, pas de zoonoses, CQFD !

Un vrai couteau suisse ce jardin autonome.

Maintenant, c'est à vous de jouer !

Est-ce que vous connaissiez déjà le lien entre la recrudescence des épidémies et la destruction de la biodiversité ?

Que pensez-vous faire pour commencer à anticiper ?

Dites-moi tout dans les commentaires.

Et surtout, si l'article vous a plu et qu'il peut intéresser une personne de votre entourage, partagez-le sur les réseaux sociaux.

Cet article vous a été utile ?

Vous pourriez aussi aimer

La méthode en 3 étapes pour attirer durablement les papillons chez vous

La méthode à contre-courant pour protéger naturellement son jardin

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>